Retour

Actualités

Interview : Gabriele Tarquini

Interview : Gabriele Tarquini

07/09/2015 08:00

En tant que membre établi du Castrol Honda World Touring Car Team, l’Italie considère un peu la JVC KENWOOD WTCC Race of Japan comme son épreuve à domicile. L’Italien, qui brille par sa popularité et son expérience, revient sur sa saison et sur ses espoirs de victoires sur le Twin Ring Motegi.

Comme la plupart des autres pilotes, vous n’avez probablement jamais piloté à Motegi ?
Si, j’ai eu l’occasion de piloter une Super GT durant un rassemblement Honda, avec mon équipier Tiago. Nous avons dû boucler sept ou huit tours.

De ce que vous avez pu en apercevoir, avez-vous une idée de ce a quoi ça ressemblera avec votre Honda Civic ?
Je pense que c’est le terrain idéal pour le WTCC et que les courses seront plus excitantes qu’à Suzuka. Ce dernier circuit est l’un des meilleurs au monde en terme de pilotage, mais il est très difficile de dépasser au volant de nos voitures. C’est dommage de ne plus y aller, mais notre championnat est célèbre pour offrir des courses très disputées, et j’espère qu’à Motegi le spectacle sera plus animé que l’an passé.

Il est également si tu es plus proche de Tokyo. Cela rend-il ce meeting plus important pour Honda ?
Je n’ai pas la chance d’avoir une manche en Italie alors cette course est un peu mon rendez-vous à domicile. L’an passé j’ai eu la chance de remporter la deuxième course à Suzuka, ce fut donc un beau succès pour moi et pour Honda. Ce rendez-vous de Motegi sera tout aussi important, car comme Suzuka, ce circuit est la propriété de la marque, où est basé son centre de recherche et développement. Et comme nous sommes proche de Tokyo, vous imaginez l’importance.

D’autant plus que jusqu’à présent, la saison n’a pas encore été couronnée du succès escompté, non ?
Nous sommes encore assez loin des performances des Citroën, en particulier en qualifications. Personnellement, la première partie de saison n’a pas répondu à mes attentes ; pas en terme de compétitivité, mais de résultats. Je vais donc me concentrer pour discuter une bonne course à Motegi.

Est-ce difficile à vivre, pour un pilote, quand le succès ne s’offre pas autant à vous qu’à une époque ? Surtout lorsque l’on constate l’étendue de votre palmarès !
Ça ne l’est pas vraiment, car mon objectif est de retrouver les avant-postes. Je donne tout ce que je peux, mais Honda et JAS ne cessent également de pousser le développement du moteur et du châssis pour se rapprocher de Citroën. Nous avons procédé à de nombreux tests cet hiver et cet été mais ce n’est pas facile. Nous voulons nous rapprocher de Citroën, car nous ne pouvons accepter ce statu quo et nous battre pour les quatrième ou cinquième places sur la grille. Nous nous concentrons donc à réduire l’écart et remporter nos premières courses.

À la vue du travail réalisé cet été, comment évaluez-vous la hausse de performance de la voiture ?
Le circuit de Motegi ne nécessite pas une grande vitesse de pointe et c’est dans ce domaine que nous sommes en retrait par rapport à Citroën et Chevrolet. A l’accélération, également. Notre voiture est plus à son aise sur les circuits sinueux. Motegi ne l’est pas tellement, ni rapide, je pense donc que nous pourrons être compétitifs.

Le Japon a-t-il quelque chose de spécial pour vous ?
C’est là que je mange ma nourriture favorite, les sashimis, les sushis, les teppanyaki… J’apprécie l’attitude et l’éducation des japonais. Ils respectent bien plus les lois que dans de nombreux autres pays. Il possède aussi une riche histoire du sport automobile, et Honda en particulier. Ce constructeur veut revenir au sommet en F1 et dans les autres catégories. Je suis sûr qu’avec la qualité de leurs technologies et de leurs ingénieurs, ils y parviendront.

Vous avez également discuter quatre édition du Grand prix du Japon. Qu’est-ce qui est mieux : y courir en F1 ou en WTCC ?
J’ai vécu mes meilleurs moments en WTCC. En F1 je me battais simplement pour mettre ma voiture sur la grille de départ… Je ne garde donc pas d’excellents souvenirs de cette période. L’an passé, au contraire, j’ai eu le privilège de m’imposer devant les fans japonais. De gagner pour Honda, ça a rendu le sentiment encore plus fort.

Cinq questions à Rob Huff

24/08/2016 12:00 - 2016

Le pilote ayant disputé le plus de course du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme et champion 2012 du WTCC nous parle de sa course “à domicile”, des fans japonais, de nourriture et de conditions météo extrêmes.

Avec la FIA WTCC JVCKENWOOD Race of Japan qui approche, voici un rappel rapide de ce qui attend les pilotes du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme au Twin Ring Motegi du 2 au 4 septembre.

Néstor Girolami, dont le retour en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme au Japon du 2 au 4 septembre a été confirmé aujourd’hui, avait littéralement marqué des points lors de son premier passage.

Qui est Néstor Girolami ?

22/08/2016 14:00 - 2016

Le pilote argentin Néstor Girolami fera son retour en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme au Japon le mois prochain. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau pilote Polestar Cyan Racing.

La persévérance et la vitesse de Néstor Girolami ont été récompensés avec l’opportunité de décrocher une place à temps plein en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme.

LADA devrait être de retour en bonne forme lors de la reprise du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme au Japon, le mois prochain.