Retour

Actualités

Interview : Rob Huff

Interview : Rob Huff

30/05/2015 09:01

Rob Huff, qui rempirta le Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme en 2012, a joué un rôle clé dans l’émergence de LADA. Le Britannique de 35 ans décrocha en effet le premier podium et les deux premières victoires du constructeur russe la saison dernière, avant de profiter cette année d’une nouvelle voiture, la Vesta TC1 avec laquelle il roulera sur le Moscow Raceway la semaine prochaine..

Que signifie pour vous de défendre les couleurs de LADA sur ses terres ?
“Cette édition promet d’être particulière. Il y a deux ans, lors de ma première venue sur le Moscow Raceway, j’étais intégré à une équipe privée allemande. L’an passé, c’était ma première avec LADA, et en 12 mois, il s’en est passé des choses ! La marque monte en puissance et nous observons un partenariat qui se renforce avec Rosneft. L’année dernière nous savions que nous n’étions pas dans la meilleure des situations avec la voiture et nous ne pouvions pas attendre de miracle. Maintenant nous sommes armés. Et heureusement pour nous, nous aurons profité de plusieurs semaines depuis l’Allemagne pour soigneusement préparer la voiture et poursuivre son développement.”

Le soutien des fans, sur place, devrait être grandiose, non ?
“Les Russes sont très patriotes, en particulier quand il s’agit de leur marque automobile et de Rosneft, leur compagnie pétrolière. Lorsque nous nous sommes rendus là-bas avant Noël, pour célébrer nos deux victoires de Pékin et Macao, nous avons été chaleureusement accueilli et ce fut sans doute l’un des voyages les plus incoyables de ma vie.”

Comment décririez-vous la saison de LADA jusqu’à présent ?
“Nous  nous sommes rendus en Argentine avec seulement deux voitures car nous n’avons pas pu assembler une troisième auto, faute de temps avant le coup d’envoi. Nous n’avions pas eu le temps de peaufiner la Vesta en essais, ni d’en comprendre réellement son fonctionnement. Malgré cela, nous avons signé le meilleur chrono de la Q1 et peu de constructeurs peuvent en dire autant. Ce fut très prometteur, mais malheureusement nous avons rencontré quelques problèmes. C’est un peu à l’image de notre parcours, jusqu’à présent. Quand la voiture roule, elle est rapide et constante. Malheureusement, elle fut ralentie par des problèmes ou des casses. Des détails qui peuvent facilement être corrigés, mais cela prend du temps car nous devons homologuer de nouvelles pièces. Nos principaux essais cette saison se sont déroulés pendant les week-ends de courses et ça complique encore davantage la tâche. Nous préférons cependant cette situation à celle de 2014 où notre voiture était fiable mais peu rapide.”

Que devez-vous faire pour progresser en matière de fiabilité ?
“Il y aura toujours une part de chance et tous les champions vous le diront. Vous pouvez avoir la meilleure voiture, la meilleure équipe, sans un peu de réussite vous ne gagnerez pas. Et justement, nous avons été frappé de cette malchance. Nous n’avons donc désormais plus rien à perdre. Quand l’opportunité se présentera, nous saurons la saisir. C’est ainsi que l’on nous a demandé d’aborder les courses. Sur ce qui ne va pas sur l’auto, l’équipe y travaille actuellement.”

Vous n’avez pas non plus été vernis. Frustrant ?
“Très. Mais à la fin d’un meeting, il y a deux manières d’évaluer la situation. Je pilote des voitures de Tourisme depuis suffisamment longtemps pour le savoir… J’ai eu la malchance d’être percuté par d’autres concurrents, mais peut-être aurais-je pu leur laisser plus d’espace. Ils auraient quand même commis leur erreur mais je n’aurais pas été impliqué. En Allemagne nous avons également été une victime collatérale d’un accrochage devant nous en course 1. Nous avons vu beaucoup de contacts cette saison. Je conserve pourtant une culture monoplace où tout frottement est prohibé !”

Norbert Michelisz a confié que l’état de santé de son coéquipier Honda, Tiago Monteiro, est bien plus important pour lui que les podiums sur lesquels il est monté sur la légendaire Nürburgring Nordschleife le week-end dernier.

D’après Tom Chilton, le double champion WTCC et l’actuel leader du classement, José María López, est tellement bon qu’il est du niveau de la légende du sport automobile, Ayrton Senna.

Les trois pilotes d’usine LADA ont inscrit des points dans les deux courses qui se sont disputées sur la Nürburgring Nordschleife, dernier circuit à avoir le Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme.

Le succès de Citroën en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme ne s’arrête pas. L’équipe française a décroché une pole position, deux victoires et deux meilleurs tours en course sur la légendaire Nürburgring Nordschleife samedi dernier.

Thed Björk pense qu’il était possible, avec sa Volvo S60 Polestar TC1, de disputer une place sur le podium dans la Course d’Ouverture de la FIA WTCC Race of Germany, samedi.

Tiago Monteiro loue la résistance de sa Honda Civic WTCC conçue selon les exigences du règlement technique TC1 du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme, après avoir été victime d’un accident à très haute vitesse, samedi, sur la Nürburgring Nordschleife.