Retour

Actualités

OSCARO.com WTCC Race of Portugal : Conférence de presse – Course 1

OSCARO.com WTCC Race of Portugal : Conférence de presse – Course 1

12/07/2015 17:31

José María López, Sébastien Loeb, Norbert Michelisz et Tiago Monteiro étaient conviées à la conférence de presse de l’OSCARO.com WTCC Race of Portugal après la Course 1.

Q:
Félicitation José, vous menez désormais au championnat avec 63 points d’avance grâce à votre sixième victoire de la saison. Une domination, mais expliquez-nous combien ce fut difficile ?

JML:
Je tiens d’abord à féliciter Sébastien, Norbi, Tiago et tous les pilotes qui ont participé à cette course. Il est très difficile d’enchaîner les tours sur cette piste. Ça a pu sembler facile de l’extérieur, mais il n’a jamais fallu relâcher l’effort, en particulier au départ. Nous ne savions pas comme l’auto allait réagir dans certaines portions du circuit et j’avais, je l’avoue, quelques doutes. Mais ça a tourné en ma faveur et la place depuis laquelle je m’élançais m’a offert suffisamment d’adhérence. Certainement plus qu’à l’extérieur. J’ai ensuite attaqué mais la chaleur était intense. On sent et on entend la voiture souffrir sur les bosses et les vibreurs. Tout peut se passer en quelques secondes. On s’est par exemple fait une chaleur avec Seb dans une chicane du premier tour. Je suis donc heureux car cette victoire était très importante. Je veux encore savourer un peu et ensuite je me remettrai psychologiquement dans ma Course 2 car je partirai cette fois en retrait et ce sera dur. La lutte n’est pas finie !

Q:
Que pouvez-vous ambitionner dans cette seconde manche ?

JML:
Je ne sais pas. D’abord ne pas percuter le mur, ni quiconque. Tout s’est joué au départ tout à l’heure car il est ensuite très difficile de dépasser. Je ne peux rien planifier car tout le monde voudra la même chose. Éviter l’accrochage, donc, et voir l’arrivée. Si j peux encore engranger des points, alors ça ira. Comme Yvan part devant, c’est une bonne opportunité pour lui d’en grappiller. Mais si je peux en marquer au moins cinq, ce sera parfait.

Q:
Quelles punitions subissent les voitures, ici ?

JML:
Il y en a tellement. Comme c’est notre première expérience du circuit, je me suis demandé si je n’avais pas mis trop de carrossage et si elle tiendrait le coup jusqu’au bout. En même temps on prend les courbes à 220-230 km/h et on ne se rend pas vraiment compte. D’une manière générale, sur un tracé urbain, le moteur et les freins souffrent sur les vibreurs et à cause de la chaleur. Il fait très chaud, et c’est aussi très éprouvant pour nous.

Q:
Sébastien, José mentionne un incident entre vous à la première chicane. Tentiez-vous de le dépasser ?

SL:
Pas vraiment. Comme au Castellet lorsque j’étais derrière Ma et que j’ai percuté les pneus, j’étais très proche de lui et du mur. Mais pour moi, il était impossible de tenter de le dépasser. J’espérais pouvoir le faire, prendre un meilleur départ et prendre la tête tout de suite. En vain. Ensuite j’ai essayé de m’accrochermais avec l’aspiration je rencontrais beaucoup de sous-virage et j’ai vite compris que j’allais devoir lâcher prise. En plus José était un poil plus rapide. J’ai simplement attaqué pour me construire une marge suffisante sur le troisième. Rester concentrer ne fut pas évident et à cause de la chaleur ce fut très éprouvant.

Q:
Cette deuxième place vous replace à 19 points d’Yvan Muller au championnat. Qu’en pensez-vous ?

SL:
Ça m’inspire, comme le disait José, qu’Yvan va pouvoir prétendre marquer de gros points en seconde manche. Je pars loin derrière, alors on verra. Je veux repartir en ayant enrichi mon compteur. Tout peut se passer quand on évolue en ville, entre les rails. Nous en saurons donc plus ce soir.

Q:
La victoire de José est également la 30e de Citroën en WTCC ? Qui d’autre que vous peut nous parler de ce succès enregistré en une si courte période !

SL:
C’est vraiment incroyable. J’avais confiance dans les capacités de Citroën à concevoir une bonne voiture car ils me l’avaient maintes fois montré en WRC. S’ils me disent qu’ils vont construire une voiture, je sais qu’elle sera compétitive. Ils soignent le moindre détail et sont en recherche permanente de la perfection. Remporter autant de courses en seulement deux ans est donc à la fois surprenant et impressionnant. Je ne peux que féliciter notre équipe pour l’ampleur du travail abattu.

Q:
Norbi, troisième place, la première dans le Trophée Yokohama, et premier pilote Honda. Satisfait ?

NM:
Bien sûr que je suis heureux. Je suis tout de suite tombé amoureux de ce circuit. Pas simplement pour son tracé, mais aussi pour l’ambiance qui règne ici. En concluant les qualifications au quatrième rang, je savais que j’avais une chance d’accrocher le podium et le moment clé ce fut sans aucun doute le départ. Si Hugo restait devant, c’en aurait été terminé de mes chances car si nous sommes un peu plus performants que les Chevrolet et les LADA, il est tellement difficile de doubler sur ce genre de circuit urbain. Mon départ fut bon et j’ai vu que Tiago et Gabriele avaient pu dépasser Hugo. Je suis ainsi resté concentrer pour ne pas commettre d’erreur. Ce fut difficile, car comme José et Seb l’ont souligné, il a fait extrêmement chaud.

Q:
Beaucoup de monde souhaitait vous voir sur le podium après cette course, mais la cinquième position demeure un excellent résultat sur un circuit comme celui-ci, non  ?

TM:
Bien joué à tous car comme nous le confiait José, ce fut difficile pour tout le monde. Le circuit est très difficile, fun par endroit, mais très éprouvant en général pour la voiture et le pilote. J’ai entendu tant d’histoire sur cette piste, et maintenant je comprends ce que l’on me racontait ! Comme pour tout le monde, le départ fut un moment crucial et j’ai pu gagner une place. Ce fut malheureusement tout et je me suis par la suite concentré sur la gestion de mes pneus, particulièrement mis à mal ici. Il faut adopter un certain rythme et bien faire attention car les vibreurs sont agressifs, les suspensions travaillent beaucoup et c’est très difficile au freinage. Je ne pouvais pas espérer grand chose après les qualifications, alors être 5e ce n’est pas si mal. Je suis heureux de marquer des points et devons maintenant nous concentrer sur la Course 2

Q:
Pouvez-vous améliorer le set-up pour cette deuxième manche ? Des enseignements qui peuvent vous permettre de procéder à des modifications ?

TM:
Oui, beaucoup. C’est la première fois que nous bouclons autant de tours et avec la chaleur il faudra analyser l’effet sur les pneumatiques. J’en ai déjà discuté avec les ingénieurs. Nous allons modifier quelques petites choses et ce sera, je pense, la même chose pour tout le monde. Nous avons encore tout à découvrir ici : l’évolution du grip, du comportement de la voiture en course…

Q:
En principe la course 2 se déroule dans la foulée de la première, mais vous profiterez d’un break en raison de la retransmission de l’étape du Tour de France sur Eurosport. Qu’allez-vous faire en attendant ? Vous relaxer, ou ce sera travail, travail, travail ?

TM:
Malheureusement pas de répit ! Nous pouvons ainsi participer à d’avantage d’activités. Il y a une grosse affluence et les fans le méritent. Ils ont été incroyables durant toute cette semaine. Nous sommes davantage fatigués et devons également nous préparer pour la course. Mais sans eux nous ne serions pas là. Et nous sommes là pour eux, pour leur offrir un beau spectacle. Je dois également les remercier pour leur incroyable soutien, et je pense que ma journée sera encore bien chargée pendant quelques heures !

Alors qu’il est en route pour un troisième titre en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme avec son équipe, Citroën, José María López parle de Messi, Fangio et de steak avant la WTCC Race of Argentina qui se tiendra du 5 au 7 août.

LADA Sport Rosneft s’est préparé pour la WTCC Race of Argentina en menant trois jours d’essais en Espagne.

Mehdi Bennani s’est imposé pour la deuxième fois de sa carrière en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme, à l’issue d’une course sensationnelle pendant laquelle Chillton est remonté de la 10ème à la deuxième place, pour offrir un doublé à Sébastien Loeb Racing.

Alors que José María López était occupé à battre des records en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme, Thed Björk inscrivait lui aussi son nom dans l’histoire lors de la WTCC Race of Hungary en avril dernier.

Nicky Catsburg a dévoilé sa solution pour obtenir de meilleur résultat dès la reprise du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme le mois prochain.

Norbert Michelisz, le pilote hongrois de Honda, ne serait pas surpris de voir des temps record ce week-end au Grand Prix de Hongrie de Formule 1.