Retour

Actualités

Paroles de pilotes à la veille du WTCC en Chine

Paroles de pilotes à la veille du WTCC en Chine

24/09/2015 14:00

Rob Huff, Ma Qing Hua et Norbert Michelisz, pilotes dans le Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme, ainsi que François Ribeiro, Manager Général du WTCC, ont participé à une conférence de presse organisée cet après-midi à Shanghai.

Q : Le WTCC se produit en Chine pour la cinquième année consécutive. Expliquez-nous l’importance que représente l’organisation d’un meeting dans ce pays ?
FR : Même si la croissance subit un léger ralentissement ces derniers temps, il s’agit du plus gros marché automobile mondial. Pour un championnat comme le WTCC, qui met en scène des voitures du quotidien, la Chine représente donc une destination importante. C’est le “must”. Nous avons une bonne collaboration avec l’organisateur du CTCC et la FASC, et j’espère qu’elle est faite pour durer dans le temps.

Q : Il n’y a d’ailleurs pas qu’une course en Chine, ce pays possède également un très bon pilote en la personne de Ma Qing Hua. Que pensez-vous de ses performances et le voyez-vous remporter un championnat dans le futur ?
FR : Je l’espère ! Je ne sais pas combien de temps il va falloir pour que l’un de ses compatriotes l’emporte en Formule 1 ou en WRC, mais je pense qu’il faudra encore de nombreuses années. Le WTCC offre cette opportunité à un pilote chinois de briller à l’échelle mondiale. Ma a débuté l’an passé et progresse à chaque course. Il l’a prouvé avec sa récente victoire au Portugal et sa prestation au Japon où il a su faire preuve de confiance en soi. J’espère donc qu’il pourra se battre pour le titre. Ce n’est pas facile d’y parvenir au sein de la meilleure écurie au monde, Citroën, et contre les meilleurs pilotes. Il en faut, en effet, pour battre  Loeb, Muller ou López. Mais c’est en même temps le meilleur endroit possible pour apprendre. Il s’est montré plutôt impressionnant jusqu’à présent. Puisse son exemple ouvrir la voie à d’autres pilotes chinois. Quand un jour a commencé à briller en NBA, la popularité du basket a explosé. C’est vital qu’un enfant du pays se distingue dans une catégorie à portée mondiale.

Q : Il ne reste désormais que six courses avant que le rideau ne tombe sur cette saison 2015. Quels ont été à vos yeux les moments forts et les pilotes qui vous ont impressionné ?
FR : Nous avons d’ores et déjà visité trois nouveaux circuits et le premier fut la Nürburgring en Allemagne. C’est le circuit le plus difficile de la planète et un magnifique terrain de jeu pour le WTCC. Le tracé urbain de Vila Real représenta également un véritable challenge et il y eut une superbe couverture média. Certainement le record depuis 10 ans qu’existe le WTCC. Et puis il y a Motegi, où nous avons trouvé une piste qui convient parfaitement aux voitures de Tourisme. Nous sommes donc désormais impatients de découvrir la Thaïlande, dans six semaines, puis le Qatar où se déroulera la première épreuve nocturne de l’histoire du championnat. Il reste donc encore de très grands moments, de dépassements, d’émotion… Les ingrédients du succès des courses de Touring Car.

Q : Le WTCC est diffusé aux quatre coins du globe, et notamment en Chine. Que pouvez-vous nous dire sur l’accord conclu avec QQ.com pour ce week-end ?
FR : Ma m’a confié en fin d’année passée que si l’on voulait toucher la plus jeune génération, il fallait offrir un live streaming et c’est la plus grande plateforme du genre dans ce pays. Nous avons fourni de gros efforts pour que le WTCC soit diffusé sur QQ et toutes les courses sont retransmises en direct, en replay ou à la demande. C’est notre première année de collaboration et il n’y a aucun autre endroit sur la planète ou c’est aussi populaire, en particulier en Europe. On s’y met, mais plus doucement. Je suis ravi que QQ soit associé au WTCC. Il y a des programmes spéciaux autour de Ma, et j’espère que cet élan se traduira par la présence, dans les tribunes, de spectateurs de tous les âges pour assister au spectacle du WTCC et du CTCC.

Q : Ma,après avoir terminé en deuxième position, derrière votre équipier José María López, l’an passé, lors de la WTCC Race of China, à quel point souhaitez-vous grimper d’une marche supplémentaire ? Comment vous êtes-vous préparé à ce rendez-vous à domicile ?
MQH : Je suis très heureux de me produire à Shanghai dans une épreuve de WTCC. C’est la deuxième fois que je cours chez moi et c’est toujours un moment excitant. Je m’y prépare donc encore plus sérieusement pour me battre. Je suis bien sûr plus confiant cette saison car j’apprends du team, de mes équipiers, et je pense que mes performances ont été satisfaisantes, notamment lors de la dernière manche au Japon. J’espère faire de bonnes choses et jouer la victoire comme la pole position.

Q : Vous connaissez certainement mieux le Shanghai International Circuit que quiconque dans cette sale. Quel est son intérêt pour les courses de Tourisme ?
MQH : C’est une piste très technique, très difficile avec des portions très rapides, d’autres moins, et des courbes moyennes. En gros, on y rencontre toutes les caractéristiques possibles. Je ne possède pas un réel avantage car j’ai couru de nombreuses années en Europe et j’ai plus l’expérience des circuits que l’on visite là-bas que celui-ci. Je serai donc sur un même pied d’égalité.

Q : Ce sera également un week-end important pour Citroën. Qu’est-ce que cela signifie pour vous de participer à la quête d’un deuxième titre sur ce qui représente le plus gros marché pour la marque ?
MQH : L’an passé nous avions décroché la couronne à Shanghai, et nous avons été très heureux de savourer ce moment ici. Nous sommes revenus dans une situation identique et notre objectif est une nouvelle fois d’empocher le titre. C’est tout à fait possible, nous y sommes en plus compétitifs et nous sommes suffisamment en confiance pour y parvenir.

Q : Rob, la Chine tient pour vous aussi une place à part depuis que vous avez offert à LADA, à Pékin, sa première victoire en WTCC l’an passé. Que souvenir gardez-vous de cette journée ?
RH : Pour être honnête, je pense que nous avons été aussi surpris que les observateurs, mais c’est ce qui fait le charme du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme, grâce à la grille inversée de la course 2.  Sur les circuits très sinueux, cela donne la possibilité à certaines voitures d’être dans le coup, d’autant que les dépassements sont très compliqués. Pour nous, ce fut très positif de l’emporter dans la foulée d’un premier podium en Argentine.

Q : Comment a évolué le team en 12 mois et pensez-vous avoir une change de gagner à Shanghai ?
RH : Nous avons déjà une nouvelle voiture, qui constitue un véritable pas en avant par rapport à la Granta. Nous avons désormais une véritable TC1. Nous progressons course après course et nous sommes de mieux en mieux placés sur la grille. Le premier podium réalisé en Russie fut également une grosse satisfaction, de même que notre remontée au Japon, depuis la 13e place au départ à la 3e à l’arrivée. Il nous faut encore du temps et du roulage dans l’auto, mais nous visons les sommets.

Q : Quelques mots sur l’implication de Rosneft en sport automobile, qui est votre sponsor titre et le partenaire de la WTCC Race of China ?
RH : Être soutenu par une entreprise à dimension internationale comme Rosneft souligne le pas en avant effectué par le team, son professionalisme et le sérieux de son programme. Ce meeting en Chine est très important pour nous car nous accueillons 300 invités de Rosneft. J’espère que nous les réjouirons d’un solide résultat.

Q : Norbi, enfin, vous êtes devenus au Japon le premier pilote non-Citroën à signer une pole position cette année en WTCC. Qu’est-ce que cela a pu vous apporter en prévision de ce week-end ?
NM : Je voudrais tout d’abord témoigner de mon plaisir d’être ici. A Motegi nous avons été chanceux, dans un sens, car nous n’embarquions aucun lest handicap et nous étions dans une bonne situation, d’autant que le tracé semblait convenir à la Honda Civic. Cela réuni, et au prix d’un excellent tour en qualifications, nous avons pu arracher cette pole qui était, je dois le reconnaître, notre objectif en début de saison. Nous nourrissons de gros espoirs, mais nous devons réaliser que la compétition est très serrée dans ce championnat. J’ai été néanmoins très satisfait du résultat enregistré au Japon, car si vous parvenez à signer une pole, cela démontre les progrès. J’attends désormais avec impatience de pouvoir me battre pour la victoire au terme d’une course 1.

Q : La saison 2015 arrive bientôt à son terme. Quels sont vos plans pour la prochaine ? Vous reverra-t-on en WTCC ?
NM : En tant que pilote, quel que soit le championnat dans lequel vous évoluez, vous courez pour gagner le championnat. Et pour ça, à ce que l’on peut remarquer, il faut un volant dans une écurie officielle. Je pense qu’à la vue de mes performances et de mes résultats, j’ai une légitimité au sein de ses structures. Pour l’heure, mon équipe met tout en œuvre pour que nous vivions notre rêve, et nous décrochons déjà des victoires et des poles. Je grandis depuis 10 ans avec Zengő Motorsport, c’est donc une affaire personnelle, mais quand on est pilote professionnel il faut savoir évoluer. Mon but ultime est d’être un jour pilote officiel.

Alors que José María López était occupé à battre des records en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme, Thed Björk inscrivait lui aussi son nom dans l’histoire lors de la WTCC Race of Hungary en avril dernier.

Nicky Catsburg a dévoilé sa solution pour obtenir de meilleur résultat dès la reprise du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme le mois prochain.

Norbert Michelisz, le pilote hongrois de Honda, ne serait pas surpris de voir des temps record ce week-end au Grand Prix de Hongrie de Formule 1.

Ryo Michigami a expliqué qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour réaliser de bonnes performances pour ses débuts en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme avec Honda à la WTCC Race of Japan du 2 au 4 septembre.

Honda va augmenter sa force d’attaque en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme à quatre voiture lorsque le Japonais Ryo Michigami rejoindra l’équipe pour la WTCC JVCKENWOOD Race of Japan du 2 au 4 septembre.

Avant qu’il ne débute en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme sur ses terres le mois prochain, voici quelques faits sur Esteban Guerrieri, le compatriote du double champion WTCC José María López.