Retour

Actualités

WTCC Race of Thailand : Conférence de presse post-qualificative

WTCC Race of Thailand : Conférence de presse post-qualificative

01/11/2015 07:34

José María López, Sébastien Loeb, Yvan Muller, Mehdi Bennani et Tin Sritrai participaient à la conférence de presse post-qualificative en Thaïlande.

Q:
13e pole position en WTCC, la 6e présentée par DHL cette saison, et cinq points en plus dans votre escarcelle dans la lutte pour le titre. La journée n’a pas trop mal commencée, non ?

JML:
Je tiens tout d’abord à féliciter le team Citroën qui a fait une nouvelle fois un travail fantastique en plaçant une nouvelle fois cinq voitures en Q3. C’est grâce à lui que nous sommes ici car les qualifications ont été extrêmement disputées. Cela s’est finalement bien terminé pour moi, mais pour la première fois de la saison, j’étais encore éliminé à cinq minutes du terme de la Q2. Une surprise, pour tout avouer, car je n’avais pas commis de véritable erreur de pilotage. Nous utilisions pour la première fois du week-end de nouveaux trains de pneus neufs et le moment décisif fut mon deuxième tour dans le second segment qualificatif, car j’étais 4/10e plus lent que ma meilleure performance et je me suis dit que si je n’attaquais pas, c’en serait terminé de mes chances. Je m’y suis donc attelé, et si parfois on risque de tout perdre, je suis parvenu à améliorer en dépit de cette erreur dans le premier virage. J’ai dès lors pensé que si je ne loupais pas le premier freinage, ça le ferait. J’ai bouclé un bon tour et j’ai été surpris de passer sous la barre de 1’38”. Je suis satisfait car je ressens de la pression dans la course au titre et cette pole revêt une importance capitale psychologiquement.

Q:
Ces cinq points vous offrent-ils un avantage psychologique en prévision des courses de l’après-midi ?

JML:
Je n’apprécie pas tellement que tout le monde imagine que je vais décrocher ce titre, car il est déjà arrivé qu’une couronne m’échappe alors que j’étais dans une situation favorable. Il faut d’abord finir. Yvan et Seb en ont encore la possibilité et rien n’est jamais acquis. Je suis bien entendu en bonne position, et si je termine devant Yvan en course 1 une partie de ma mission sera accomplie car on sait combien ça se bouscule dans la seconde. Tout ce que j’espère, c’est réussir à m’adjuger cette consécration, car je sais que mes deux équipiers ne vont rien lâcher.

Q:
Sébastien, félicitations pour votre 2e place. Pensez-vous que vous auriez pu améliorer ou procéder différemment ?

SL:
Je pense avoir bouclé un bon tour. Je sous-virais pas mal à la fin du tour et peut-être ne suis-je pas assez agressif dans le deuxième secteur pour l’éviter. Dans le Turn 7, par exemple, je passais à fond aux essais libres, mais pas en qualifications. Mis à part ça, je suis assez satisfait de ma voiture et de mon pilotage. J’ai attaqué et l’équipe a fait le travail. Pechito était simplement plus rapide. Félicitations à lui.

Q:
La température de la piste a-t-elle affecté le comportement de votre auto ? Avez-vous noté une différence ?

SL:
Bien sûr que cela l’affecte. Plus le thermomètre augmente, plus on sous-vire et moins on a de grip. Nous verrons ce soir ce qu’il en sera car il fera plus frais.

Q:
Yvan, vous avez été proche de la correctionnelle en fin de Q1. Pouvez-vous nous décrire ces dernières secondes ?

YM:
Cette Q1 fut effectivement très compliquée. J’ai été soulagé de profiter d’un dernier tour clair, car trois minutes avant, je n’étais que 15e et non qualifié pour la Q2. C’est excitant de démarrer un tour lancé dans ces conditions, mais nous avions apporté quelques petits ajustements à la voiture et ça m’a permis de franchir cette difficulté. Ayant été tout proche de rester sur le bord de route en Q1, je dois donc me montrer satisfait du résultat de ma Q3.

Q:
D’après ce que vous savez désormais de cette piste, à quoi pouvez-vous désormais prétendre en vous élançant 3e sur la grille ?

YM:
Tout dépendra de ce qu’il se passera dans les deux premiers virages, je suppose, car nous avons tous les mêmes voitures, et quand on est derrière on perd des appuis et les opportunités d’attaquer sont limitées. Nous sommes équipiers, nous pouvons bien sûr nous affronter, mais sans commettre quelque chose de stupide. Le classement devrait donc être établi après deux ou trois tours.

Q:
Mehdi, vous réalisez pour votre part le meilleur chrono dans le Tophée Yokohama, mais vous accédez également à la Q3. Pouvez-vous résumer votre satisfaction en quelques mots ?

MB:
Nous avons disputé aujourd’hui notre meilleure qualification avec les 1re et 2e places en Q1 et Q2. Quand j’ai appris que les quatre pilotes officiels m’accompagneraient en Q3, je savais que ce ne serait pas simple et qu’il allait me falloir tutoyer les limites, voire même les dépasser. Ce que je fis dans le troisième secteur, qui me fit perdre 3/10e de seconde. J’ai cependant pris un plaisir énorme et c’est une bonne sensation que de se mêler aux pilotes officiels.

Q:
Tin, enfin, bienvenue en WTCC. Êtes-vous satisfait de vos performances jusqu’à présent ?

TS:
C’est compliqué pour moi car c’est la première fois que je roule avec la Chevrolet et la première fois également que je prends part à des qualifications en WTCC. Je progresse, mais ce championnat est la référence des courses de Tourisme dans le monde et j’ai besoin de temps pour apprendre. Mais au moins je ne suis pas le plus lent !

Honda Racing Team JAS et Zengő Motorsport ont été exclus des classements des FIA WTCC Race of Hungary et FIA WTCC Race of Morocco.

Citroën fait une nouvelle fois appel à Mehdi Bennani pour compléter son effectif qui disputera le Manufacturers Against the Clock, ce contre-la-montre par équipe inspiré du Tour de France cycliste qui se produira pour la première fois sur la mythique Nürburgring Nordschleife.

José María López se hisse au sommet de la hiérarchie des Essais Libres 1 de la FIA WTCC Race of Germany, sur la Nürburgring Nordschleife.

Yvan Muller débute de la meilleure des manières la FIA WTCC Race of Germany au Nürburgring Nordschleife en menant les essais, qui se tiennent généralement le vendredi, devant son coéquipier chez Citroën, José María López.

Les stars du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme feront tout ce qu’il faut pour respecter ce message de “ne pas craquer sous la pression”, sur la Nürburgring Nordschleife, théâtre cette semaine de la WTCC Race of Germany.

Hugo Valente, pensionnaire du team LADA Sport Rosneft, reconnait avoir eu du mal à dormir avant son retour sur la Nürburgring Nordschleife, qui accueille cette semaine le Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme.