Retour

Actualités

eSports WTCC Q-R : Sergey Mukimov

eSports WTCC Q-R : Sergey Mukimov

03/09/2017 12:00

Photographe régulier et enthousiaste de la FIA WTCC Race of Russia par le passé, Sergey Mukimov est un guerrier solitaire ‘à la souris’ en eSports WTCC, utilisant une souris à la place d’un volant et de pédales. Malgré le désavantage de performance potentiel que cela procure, le Russe est un sérieux performer en Division 2 de l’épreuve multijoueurs. Il a parlé à Robert Wiesenmüller, de RaceRoom.

Q : Hey Sergey, commençons avec la dernière manche sur le Slovakia Ring. Vous vous êtes qualifié pour la Division 2, mais cela ne s’est pas si bien terminé. Que s’est-il passé ?
R : « Tout d’abord je voudrais dire qu’arriver en Division 2 était difficile, j’ai signé un chrono et c’était mon maximum. En qualifications, je n’ai pas signé mon meilleur temps, j’étais donc 26e. Le départ était prometteur et j’ai commencé à reprendre mes adversaires devant moi, alors que je pilotais le plus prudemment possible. A la sortie du deuxième virage, il y a eu un accident devant moi. Une Citroën a été poussée et est partie en tête-à-queue juste devant moi. J’étais un simple passager et ma voiture a été complètement détruite. »

Q : Jusqu’ici, vous vous êtes qualifié deux fois pour les courses de Division 2, mais vous étiez proche de la Division 1 à Spa-Francorchamps. Quels sont vos objectifs pour le reste de la saison ?
R : Pour être correct, j’ai déjà fini 221e en Division 1 lors des qualifications à Monza, mais je n’avais pas atteint mon potentiel maximum là-bas. Je veux faire de mon mieux à chaque manche, sans prendre en compte mon équipement. »

Q : Le WTCC a visité la Russie depuis quatre ans, et LADA a inscrit une équipe officielle durant plusieurs saisons. Quel sentiment cela procure-t-il de participer au championnat virtuel officiel maintenant en tant que Russe ?
R : Oh c’est génial ! Surtout de représenter LADA en eSports. Même si je n’y travaille pas moi-même, je connais encore beaucoup de gens de leur équipe WTCC. Cela me procure des sentiments particuliers. C’est presque comme si j’étais un peu l’équipier de Kevin [Gleason] et de Yann [Ehrlacher] cette saison. Bravo d’ailleurs à Yann pour sa victoire en Argentine, mais c’est triste de ne pas avoir pu voir le FIA WTCC sur le Moscow Raceway cette année.

Q : Comment décririez-vous le paysage du sport automobile en Russie en ce moment ?
R : « Cette année, le Championnat russe de supertourisme a vraiment atteint un bon niveau. L’an passé, je ne voulais même pas le regarder, mais cette année j’ai regardé toutes les courses et j’étais présent en tant que photographe sur la dernière manche sur le Moscow Raceway. Je pense que ce succès dépend du fait que le sport automobile, dans le monde en général, est devenu moins onéreux. Le fait que l’équipe officielle LADA ait quitté le FIA WTCC était une erreur malgré tout à mes yeux, car cette saison ils auraient pu remporter des succès. »

Q : Et maintenant la question évidente : se diriger avec la souris ? Comment cela est-il même possible ?
R : « J’ai commencé à jouer en 1996 à Grand Prix 2 et NASCAR 2, bien sûr avec un volant et des pédales. Puis, un peu plus tard, j’ai essayé Live for Speed, et à cette époque je n’avais ni volant ni pédale, j’avais donc besoin d’une nouvelle solution et c’était d’utiliser la souris. C’était difficile de s’habituer, mais quand j’ai appris cela, je me suis beaucoup amusé. Sur de nombreux jeux modernes il est très difficile de piloter comme cela, mais sur RaceRoom c’est en fait optimisé assez bien. Et c’est comme cela que ça fonctionne : la souris pour la direction, les boutons droite et gauche pour l’accélération et le freinage et deux boutons sur le clavier pour changer les rapports. Mais si vous voulez rouler vite, vous devez le sentir et vous en servir comme un musicien professionnel. Cela prend beaucoup d’énergie et de nerf. Parfois vous êtes proche d’un super chrono et le tapis de souris glisse… cela me donne envie de jeter ma souris par la fenêtre. »

Q : Pensez-vous que ce type de conduite est le futur ? Est-ce que cela peut être utilisé dans les vraies voitures également ? Ou pensez-vous vous équiper d’un volant et de pédales prochainement ?
R : Vous pouvez rigoler, mais je ne ferai pas ça. Une souris est vraiment pratique pour de nombreuses opérations sur le PC, et j’espère que cela restera avec nous encore longtemps, car je pense que les touchpads ne sont pas une bonne solution. Au sujet des voitures, nous essayons jour après jour d’introduire des éléments pour améliorer la sécurité de conduite. J’espère que personne ne pensera un jour à une direction commandée par une souris ! Pour mon propre simulateur de course, parfois je pense à acquérir un autre équipement, mais je n’ai pas la place pour le moment. Alors j’ai trouvé une solution qui fonctionne pour moi. Je pense que nous devrions toujours chercher de notre propre façon. »

Sonoma, aux Etats-Unis, accueille l’eSports WTCC à partir de 19h00 CET aujourd’hui (dimanche 3 septembre avec toute l’action retransmise en direct via la page Facebook et la chaîne YouTube du WTCC. James Kirk et Robert Wiesenmüller offriront leurs commentaires d’experts. Plus d’informations sur l’ eSports WTCC en cliquant ici.

 

Ma Qing Hua reviendra en FIA World Touring Car Championship lors de la WTCC Race of Macau au volant d’une Citroën du Sébastien Loeb Racing. Ce faisant, il renouera un partenariat qui avait engendré deux victoires dont l’une fut la première d’un pilote chinoise dans un championnat du monde de la FIA.

Ryo Michigami a révélé quelques-uns des challenges auxquels il a dû faire face – et à surmonter – depuis qu’il a fait ses débuts en WTCC il y a douze mois.

WTCC Q&R : Julie Lespagnol

20/09/2017 18:00 - 2017

Avec le Polestar Cyan Racing, l’équipe officielle Volvo en FIA World Touring Car Championship, engagée dans une bataille serrée avec Honda pour le convoité titre constructeurs, l’écurie s’appuie de plus en plus sur l’expertise de son personnel technique pour gagner un avantage. Et Julie Lespagnol, ingénieure de 28 ans originaire de Metz, joue un rôle clé dans la campagne de la structure suédoise en quête de titre mondial.

Avec le Polestar Cyan Racing, l’équipe officielle Volvo en FIA World Touring Car Championship, engagée dans une bataille serrée avec Honda pour le convoité titre constructeurs, l’écurie s’appuie de plus en plus sur l’expertise de son personnel technique pour gagner un avantage. Et Julie Lespagnol, ingénieure de 28 ans originaire de Metz, joue un rôle clé dans la campagne de la structure suédoise en quête de titre mondial.

Le pilote WTCC Rob Huff a reçu un accueil digne d’un héros pour son retour en British Touring Car Championship à Silverstone le week-end dernier, où il remplaçait au pied levé son ami, et rival en WTCC, Tom Chilton.

Le pilote WTCC Nestor Girolami a aidé le Prince Carl Philip en GT Suédois à décrocher le titre de vice-champion ce week-end, et a expliqué à quel point cette pige à Mantorp Park l’a aidé dans sa préparation pour la WTCC Race of China à venir.

Norbert Nagy  va rejoindre trois rivaux dans un dernier face-à-face final pour l’obtention de la couronne du FIA European Touring Car Cup après les deux courses de Zolder en Belgique.