Retour

Actualités

eSports WTCC Q&R : Márk Nándori

eSports WTCC Q&R : Márk Nándori

06/08/2017 12:00

Troisième de l’eSports WTCC à l’amorce de la deuxième partie de la saison inaugurale, Márk Nándori compte deux victoires et reste en lice pour le titre alors que la Slovaquie accueillait la série ce week-end. Il s’est confié à Robert Wiesenmüller.

Q : « Bonjour Márk ! La saison a démarré avec un gros coup pour vous : la victoire lors de la première épreuve d’eSports WTCC à Monza, après une belle bataille avec Tim Heinemann. Comment cela s’est-il passé ? »
R : « Tout a commencé lors de la première course. J’ai démarré en 11e position et grâce à un départ parfait, j’étais déjà sixième au premier virage. Après quelques contacts, j’ai chuté au 13e rang, mais je voulais terminer dans le top 10 pour décrocher une bonne place au départ de la course suivante. Au final, j’ai réussi à remonter au 7e rang. Dans la deuxième course, je suis parti quatrième puis David Nagy a fait une erreur, j’ai pu passer Gergo Baldi et tout d’un coup je me suis retrouvé deuxième derrière Tim. J’ai remarqué que je pouvais freiner plus tard à la chicane de la Roggia qu’aux autres. Vers la fin de la course, j’ai pris parfaitement les premier et deuxième virages et j’ai pu le dépasser. C’est peut-être le meilleur dépassement que j’aie jamais fait. »

Q : « Expliquez-nous votre progression dans le monde des simulateurs de course, jusqu’à votre niveau actuel ? »
R : « En 2012, j’ai reçu mon premier ordinateur à moi. J’avais un Logitech Driving Force auparavant, et j’ai commencé en jouant à Race07 avec les voitures de WTCC et rFactor. En 2013, j’ai acheté mon premier « volant de course » (Logitech G25). J’ai beaucoup joué avec mes amis, puis j’ai également commencé à jouer en ligne, mais au début j’ai eu pas mal d’accidents et j’ai même été disqualifié d’une saison. Je devais trouver quel était le problème avec mon style de pilotage, et je me suis nettement amélioré en 2015 lorsque j’ai piloté en Seat Leon Eurocup virtual series. Je me suis entraîné autant que j’ai pu pour cette division. Les quatre meilleurs pilotes, dont Gergo Baldi, pouvaient avoir un test au volant d’une vraie voiture. J’ai terminé cinquième… donc de retour aux jeux vidéo. En 2016, j’ai commencé à jouer à RaceRoom dans la communauté hongroise VSR, et c’est un peu comme ça que j’en suis arrivé là. »

Q : « Troisième au classement avec deux victoires, pouvez-vous remporter le titre à l’issue de la saison inaugurale de l’eSports WTCC ?
R : « Avant la saison, je voulais simplement savoir comment je me situais sur la scène internationale. Je m’attendais à quelques points peut-être, mais j’ai déjà accompli bien plus. Je crois en moi désormais, je sais que je peux courir contre les meilleurs en simulation. Mon nouvel objectif est la première place à la fin de la saison, mais un top 3 me rendrait déjà heureux. »

Q : « Le WTCC est très populaire en Hongrie, grâce à Norbert Michelisz. Et maintenant vous êtes « presque » dans le même championnat que lui, pilotant sa Honda avec le même numéro, et concourant pour des victoires. Quel est votre sentiment ?
R : « J’étais très heureux lorsque j’ai appris que je pouvais piloter « sa » voiture. C’est une motivation supplémentaire, car il fait partie de mes idoles. Norbert Michelisz m’a convaincu qu’un simracer pouvait également réussir au volant d’une vraie voiture. Il a montré que vous deviez suivre vos rêves. En 2011, le WTCC était en Hongrie pour la première fois, et depuis j’y vais chaque année. Lorsque des milliers de supporters soutiennent un pilote et crient son nom, cela peut-être très émouvant. Et c’est comme ça dans tous les sports où concourent les Hongrois, les fans le font à chaque fois. Peut-être qu’un jour, les courses de simulation atteindront également ce niveau. »

Q : « Le simracing devient de plus en plus professionnel, et récemment vous avez rejoint l’organisation SDL eSports. Que pensez-vous de la direction que prend le simracing ?
R : « Lors des années précédentes, l’eSports est devenu de plus en plus grand avec CS:GO [Counter-Strike: Global Offensive], DotA 2 et d’autres jeux compétitifs. Le simracing n’est pas encore à ce niveau en termes de nombre de joueurs et de fans. J’ai beaucoup regardé certaines des épreuves majeures du CS:GO et j’espère que le simracing peut en arriver là dans le futur. Peut-être que cette compétition a amorcé quelque chose qui pourra booster le simracing dans le monde de l’eSports. Ma nouvelle équipe, SDL eSports, est très expérimentée et à déjà décroché de nombreux succès, ils ont remporté beaucoup de grands championnats dans d’autres jeux. J’espère qu’il s’agit d’une collaboration à long terme. »

Q : « Avez-vous l’ambition de courir dans une vraie voiture vous aussi ? »
R : « Bien sûr, comme tous les autres pilotes de jeu de simulation, mais je pense que ce n’est pas vraiment accessible. La vraie course est très onéreuse, et je n’ai pas encore gagné à la loterie. »

Toute l’action eSports sur le Slovakia Ring est diffusée en direct sur la page Facebook du WTCC et sur sa chaîne YouTube à partir de 19h00 CET, James Kirk et Robert Wiesenmüller proposant leurs commentaires d’experts. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’eSports WTCC.

 

Le trio du Championnat du monde de Supertourisme WTCC FIA, Norbert Michelisz, Ryo Michigami et Tiago Monteiro, ont rejoint d’autres pilotes Honda de renom lors d’un événement spécial pour remercier les fans de leur soutien en 2017.

Afin de marquer la fin de l’ère du FIA World Touring Car Championship, le promoteur Eurosport Events a produit une vidéo hommage spéciale, qui a été diffusée pour la première fois lors de la cérémonie de remise des prix de la FIA à Paris vendredi soir.

Norbert Michelisz a reçu un nouveau trophée. Vingt-quatre heures après avoir reçu son trophée pour avoir terminé vice-champion du championnat du monde de supertourisme WTCC lors de la soirée de remise des prix de la FIA à Paris, le Hongrois a été honoré un peu plus proche de chez lui.

Les pilotes du top 3 du Championnat du monde de Supertourisme FIA WTCC ont été honorés à Paris ce soir au cours de la cérémonie annuelle de la remise des prix de la FIA dans le cadre somptueux du Château de Versailles.

Eurosport Events, le promoteur du championnat FIA WTCC, a rompu la tradition en décernant le prestigieux trophée du meilleur pilote sur le Nürburgring Nordschleife à non pas un, mais deux pilotes, après que le duo du Polestar Cyan Racing, Thed Björk et Nicky Catsburg, ont dompté le circuit le plus difficile de la planète de façon spectaculaire en mai dernier.

Eurosport Events, le promoteur du championnat FIA WTCC, a rompu la tradition en décernant le prestigieux trophée du meilleur pilote sur le Nürburgring Nordschleife à non pas un, mais deux pilotes, après que le duo du Polestar Cyan Racing, Thed Björk et Nicky Catsburg, ont dompté le circuit le plus difficile de la planète de façon spectaculaire en mai dernier.

Jean Todt a été réélu Président de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) lors de l’Assemblée Générale de la FIA à Paris aujourd’hui.