Retour

Actualités

Gagner en WTCC, c’est aussi parfois perdre, peut témoigner Bennani

Gagner en WTCC, c’est aussi parfois perdre, peut témoigner Bennani

03/05/2015 23:48

Après l’euphorie du succès sur ses terres marocaines le mois dernier, Mehdi Bennani connut la frustration ce week-end lors de la MOL Group WTCC Race of Hungary.

Bennani ne fut pas en mesure d’accéder au Top-10 de la première manche au volant de sa Citroën du Sébastien Loeb Racing Citroën, et fut ensuite contraint à l’abandon dans la seconde en raison d’un souci technique non identifié.

« Le week-end a été difficile » avoue Mehdi. « Je n’ai pas retrouvé les bonnes sensations que j’avais depuis le début de la saison. Avec l’équipe, nous nous sommes tous mobilisés mais nous ne sommes pas parvenus à inverser la tendance. L’absence de séance test vendredi a surement joué. C’est dommage car j’aime bien ce circuit et j’ai toujours décroché des résultats positifs ici. Dans la Course 1, j’ai essayé d’attaquer mais je ne suis pas parvenu à remonter. Dans la Course 2, j’ai eu une alarme et je suis logiquement rentré au stand. Je suis déçu mais j’ai confiance en l’équipe. Nous allons travailler dur pour bien comprendre. »

Léo Thomas, directeur technique du Sébastien Loeb Racing, ajoute :

« Nous savions que nous aurions des moments un peu moins faciles à vivre durant la saison. Le meeting de Budapest en est un. Cela fait partie de l’apprentissage. Les deux premiers meetings ont été très positifs, celui-ci tempère notre bon début de saison mais ne doit pas le faire oublier. Il faut qu’on se laisse le temps d’acquérir l’expérience nécessaire dans une discipline de spécialistes : sans tout remettre en cause, on prend note. Cela doit nous permettre de progresser et de revenir plus fort lors de la prochaine manche. Nous partageons la déception de Mehdi, mais cela ne fait qu’accroitre notre motivation. »

Bennani avait débuté 2015 avec une 5e place en Argentine et une 4e au Maroc.

Ma Qing Hua reviendra en FIA World Touring Car Championship lors de la WTCC Race of Macau au volant d’une Citroën du Sébastien Loeb Racing. Ce faisant, il renouera un partenariat qui avait engendré deux victoires dont l’une fut la première d’un pilote chinoise dans un championnat du monde de la FIA.

Ryo Michigami a révélé quelques-uns des challenges auxquels il a dû faire face – et à surmonter – depuis qu’il a fait ses débuts en WTCC il y a douze mois.

WTCC Q&R : Julie Lespagnol

20/09/2017 18:00 - 2017

Avec le Polestar Cyan Racing, l’équipe officielle Volvo en FIA World Touring Car Championship, engagée dans une bataille serrée avec Honda pour le convoité titre constructeurs, l’écurie s’appuie de plus en plus sur l’expertise de son personnel technique pour gagner un avantage. Et Julie Lespagnol, ingénieure de 28 ans originaire de Metz, joue un rôle clé dans la campagne de la structure suédoise en quête de titre mondial.

Avec le Polestar Cyan Racing, l’équipe officielle Volvo en FIA World Touring Car Championship, engagée dans une bataille serrée avec Honda pour le convoité titre constructeurs, l’écurie s’appuie de plus en plus sur l’expertise de son personnel technique pour gagner un avantage. Et Julie Lespagnol, ingénieure de 28 ans originaire de Metz, joue un rôle clé dans la campagne de la structure suédoise en quête de titre mondial.

Le pilote WTCC Rob Huff a reçu un accueil digne d’un héros pour son retour en British Touring Car Championship à Silverstone le week-end dernier, où il remplaçait au pied levé son ami, et rival en WTCC, Tom Chilton.

Le pilote WTCC Nestor Girolami a aidé le Prince Carl Philip en GT Suédois à décrocher le titre de vice-champion ce week-end, et a expliqué à quel point cette pige à Mantorp Park l’a aidé dans sa préparation pour la WTCC Race of China à venir.

Norbert Nagy  va rejoindre trois rivaux dans un dernier face-à-face final pour l’obtention de la couronne du FIA European Touring Car Cup après les deux courses de Zolder en Belgique.