Retour

Actualités

Top-10 des faits marquants de la Nürburgring Nordschleife

Top-10 des faits marquants de la Nürburgring Nordschleife

06/05/2015 11:45

La course que tous les pilotes du Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme rêvent d’accrocher à leur tableau de chasse, se déroulera la semaine prochaine sur la Nürburgring Nordschleife. Un circuit qui n’a plus accueilli de compétition internationale FIA depuis 1983 et dont voici les 10 faits marquants..

1: Les travaux de ce circuit inspiré des routes de la Targa Florio débuta près du village de Nürburg le 27 septembre 1925. Il fut ensuite achevé au printemps 1927. Il aura coûté 15 millions de Reichsmark et compté 3000 ouvrier.

2: La première course fut organisée sur une version de 28,265 kilomètres les 18 et 19 juin 1927. Cette première épreuve moto fut remportée par l’Allemand Toni Ulmen (350cc Velocette). Le lendemain, la course destinée aux voitures fut gagnée par Rudolf Caracciola sur une Mercedes Compressor.

3: Le Nürburgring original, ou Gesamtstrecke, présentait 172 virages. Louis Chiron y réalisa le meilleur temps avec sa Bugatti Type 35C, en 15’06 »1 (112,31 km/h de moyenne) lors du GP de 1929.

4: Cette année-là, l’intégralité de la piste fut pour la dernière fois utilisée dans le cadre d’une compétition majeure, puisque les GP se produisent ensuite sur la Nordschleife (22,8 kilomètres), et les courses moto sur la Südschleife (7,7 kilomètres).

5: Le terme « Enfer Vert » (Green Hell) pour désigner la Nordschleife, fut prononcé pour la première fois en 1960. On le doit à Jacky Stewart qui, en ces deux mots, résume le sentiment de l’époque autour de ce tracé. Jochen Rindt fut plus imagé en déclarant, à propos de celui-ci : « difficile de conduire, facile de mourir ». Mais aujourd’hui encore, il est le terrain de développement favori des constructeurs et demeure ouvert au public certains jours de l’année.

6: Lors de l’édition 1975 du GP d’Allemagne, Niki Lauda fut en qualifications, au volant de sa Ferrari, le premier pilote à passer sous la barre symbolique des 7 minutes (6’58’’60).

7: Ironie du sort, il milita la saison suivante pour un boycott de l’épreuve en raison de sa dangerosité au regard des conditions météo, mais celle-ci eut bien lieu. Et quelques heures plus tard il fut victime de son terrible accident, dans la courbe de Bergwerk.

8: Cet accident, qui inspira le scénario du film Rush, signifie que l’édition 1976 du Grand Prix fut la dernière disputée sur la Nordschleife. Le circuit est réputé pour accueillir les 24 Heures du Nürburgring (ADAC Zurich 24h-Rennen) qui perdurent depuis 1970. L’épreuve emprunte la Nordschleife et une portion du circuit moderne,attirant près de 800 pilotes professionnels et amateurs au volant de plus de 200 voitures. Cette année le départ sera donné juste après les deux manches du WTCC.

9: Dans son actuelle configuration de 20,81 kilomètres, le regretté Stefan Bellof décrocha en 1983 le meilleur chrono jamais établi sur cette piste (6’25’’91), dans le baquet une Porsche 956 Groupe C portant les couleurs de Rothmans. Il signa également le meilleur temps en course (6’25 »91) avant de sortir à Pflanzgarten.

10: Chaque virage à une histoire, mais certaines plus intéressantes que d’autres, parmi lesquelles : Tiergarten (1km) – un ancien mémorial pour les animaux morts au combat ; Schwedenkreuz (5km) – Hans Friedrich Datenberg, ancien maire de Kehlberg et collecteur des taxes à Adenau, qui fut abattu ici par les soldats suédois en 1638. Une croix de 2,90 m est d’ailleurs toujours visible en ce lieu ; Klostertal (13km) – décoré de l’Ordre des Chevalier de St John à Jerusalem où il résidait au 14e siècle ; Pflanzgarten (17km) – ancien jardins et lieux de culture de l’Earl du Nürburg.

Yann Ehrlacher a été applaudi et complimenté par ses concurrents après sa première victoire en FIA World Touring Car Championship.

Mehdi Bennani considère avoir plus que réussi la manche WTCC en Argentine en montant sur son troisième podium de 2017 pour rester fermement dans la lutte pour le titre du FIA World Touring Car Championship.

Le quadruple Champion WTCC Yvan Muller n’est pas surpris que son neveu, Yann Ehrlacher, se soit imposé en FIA World Touring Car Championship. Il a révélé qu’il s’attendait à voir le pilote de 21 ans monter sur la plus haute marche du podium.

La bataille pour le titre en Trophée WTCC s’est intensifiée à l’occasion de la visite du FIA World Touring Car Championship en Argentine la semaine dernière.

Esteban Guerrieri a profité de la manche du FIA World Touring Car Championship disputée chez lui pour réaliser l’un de ses meilleurs week-ends en WTCC jusqu’à présent, avec une troisième et une quatrième place lors des deux courses sur le Circuit de Termas de Río Hondo.

Yann Ehrlacher a décroché sa toute première victoire en FIA World Touring Car Championship lors de la manche argentine du WTCC, convertissant sa première pole position en carrière en une victoire pour lui et son équipe privée RC Motorsport.